Acadmie royale 1667

 

Billets d'actualité

____________________________

 

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

Séminaire « Politiques des sciences » Jeudi 26 janvier 2017 17 h – 20 h

 

À partir de Descartes, nous avons constitué notre environnement en nature. Autant l’industrialisation que le développement du capitalisme économiste ont conduit à l’exploitation productiviste d’un écosystème, constitué en « ressources naturelles », par des hommes considérés comme des « ressources humaines ». L’accession de l’homme à l’anthropocène a les conséquences destructrices que nous constatons autant dans notre environnement que dans la vie en société. Il s’agit de mettre en question les immanquables interactions entre les communautés des hommes et leurs milieux respectifs, et cela pour sortir du paradigme occidental imposé en particulier par l’opposition entre nature et culture et par son exploitation dans le sens de la croissance économique et des profits financiers à en tirer. Il s'agit de créer à cet égard des savoirs critiques en réfléchissant à leur diffusion dans une nouvelle politique des sciences, au-delà de réformes universitaires dominées par l’idéologie du management et par les bénéfices à tirer de l’« économie de la connaissance ».

Cet argumentaire indique l'interaction entre les idées (la désignation de la nature, puis la séparation nature culture) et le développement socio-économique, ce qui est l'indication d'une nouvelle orientation de la pensée contemporaine, celle de l'interaction entre les domaines plutôt que la domination de l'un par l'autre . 

 

Libre accès à la connaissance

 

Une vidéo présentant l'économie lucrative des revues scientifiques, suivie d'un entretien avec Marin Darcos.


https://www.youtube.com/watch?v=WnxqoP-c0ZE 

À verser au dossier du libre accès.

 

Séminaire du CRHI de Nice

Les sciences humaines et sociales à la recherche de leur fondement

 

Une esquisse de l’épistémè moderne

 

Cette première séance a pour but de décrire sommairement le paysage intellectuel au sein duquel les connaissances concernant l’homme et la société ont vu le jour. Nous nous limiterons aux aspects qui constituent des lignes de force majeures. Le concept d’épistémè, repris de Michel Foucault, sera utilisé en se limitant aux conceptions philosophiques et scientifiques, car les aspects sociaux, la littérature, les arts, ne sont pas nécessairement concordants. Il en ressortira que l’épistémè moderne est marquée par le succès du naturalisme rationnel et sur le plan métaphysique par le dualisme et les diverses coupures du monde qui l’accompagnent ; ce qui constitue un problème pour les sciences humaines et sociales.

 

La transcription de la séance est ici