Acadmie royale 1667

 

Billets d'actualité

____________________________

 

Libre accès à la connaissance

 

Une vidéo présentant l'économie lucrative des revues scientifiques, suivie d'un entretien avec Marin Darcos.


https://www.youtube.com/watch?v=WnxqoP-c0ZE 

À verser au dossier du libre accès.

 

Séminaire du CRHI de Nice

Les sciences humaines et sociales à la recherche de leur fondement

 

Une esquisse de l’épistémè moderne

 

Cette première séance a pour but de décrire sommairement le paysage intellectuel au sein duquel les connaissances concernant l’homme et la société ont vu le jour. Nous nous limiterons aux aspects qui constituent des lignes de force majeures. Le concept d’épistémè, repris de Michel Foucault, sera utilisé en se limitant aux conceptions philosophiques et scientifiques, car les aspects sociaux, la littérature, les arts, ne sont pas nécessairement concordants. Il en ressortira que l’épistémè moderne est marquée par le succès du naturalisme rationnel et sur le plan métaphysique par le dualisme et les diverses coupures du monde qui l’accompagnent ; ce qui constitue un problème pour les sciences humaines et sociales.

 

La transcription de la séance est ici 

 

Congrès à Paris
La science, l'information, la connaissance

Samedi 19 novembre 2016 de 9h à 18h

à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand,

Grand auditorium, hall Est - Quai François Mauriac, 75013 Paris.

Programme et inscriptions sur www.pif15.sfpnet.fr

Entrée libre

 

Les interventions résumées par Vincent Bontemps :

  • L’historien Jérôme Ségal introduira cette journée en esquissant les « histoires du concept scientifique d’information », insistant à la fois sur ses racines multiples (science physique, statistique, télécommunication), sa cristallisation et certaines de ses métamorphoses ultérieures. Bernard Derrida, du Collège de France, remontera à la notion d’information issue du concept d’entropie en physique statistique. Cet exposé préparera l’intervention du philosophe et spécialiste de l’information quantique, Alexei Grinbaum, qui présentera une formalisation exigeante de l’information appliquée à la mécanique quantique. Emmanuelle Bermès, responsable de la bibliothèque numérique à la Bibliothèque nationale de France, interviendra sur « le défi que constituent les (méga)données en bibliothèque ». Le biologiste et philosophe Michel Morange nous entretiendra de « l’évolution de l’usage de la notion d’information en biologie » où la métaphore du « code » génétique a peu à peu été complétée par d’autres approches, centrées sur l’expression des gènes ou sur la configuration concrète des protéines. Avec ces trois communications, nous aurons déployé la notion d’information entre sa conception la plus formelle, l’information quantique, et la plus matérielle, l’archive et les données, avant d’aboutir à une conception où l’information n’est ni forme, ni matière, mais « prise de forme », c’est-à-dire « formule de l’individuation » des êtres vivants, pour reprendre une expression du philosophe Gilbert Simondon.
  • L’astrophysicien Alain Riazuelo exposera « le paradoxe de l’information en cosmologie » : il expliquera en particulier comment un trou noir annihile l’individualité des corps qui y disparaissent et remet en cause la conservation de l’information en physique. En second lieu, le détenteur de la chaire « Algorithmes, machines et langages » du Collège de France, Gérard Berry se demandera si « l’information numérique va (…) remplacer les lois physiques ». L’augmentation prodigieuse des capacités de calcul permet en effet de faire émerger, grâce à de puissants algorithmes, des régularités insoupçonnées à partir de la masse des données. Cette stratégie algorithmique produit des paramétrisations relativement opaques qui concurrencent et remplacent parfois avantageusement les méthodes traditionnelles de modélisation. Ainsi, deux changements d’échelle changent la portée de la manipulation de l’information en science.
  • Mais les modifications transversales les plus radicales des pratiques et des méthodes scientifiques sont celles qui ont aussi affecté l’ensemble de la société au travers de la révolution informatique, de la mise en réseau mondiale, de la croissance exponentielle des données et de leur exploitation algorithmique. Le partage de la connaissance se heurte à une certaine désorientation et aux incertitudes quant à la traçabilité des informations. Pour étudier quelques aspects des relations actuelles entre science et société induites par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, nous avons réuni, autour du thème « extraire l’information, retrouver la connaissance », Jean-Louis Ermine, spécialiste de la captation de l’information et de la gestion des connaissances, Nathalie Goedert, historienne du droit qui s’intéresse à l'effacement des sources, des images, dans une réflexion sur la connaissance, et Sylvestre Huet, journaliste de vulgarisation scientifique qui nous fera part de son expérience sur les modalités de transmission de l’information scientifique.